La biodiversité des modèles universitaires, gage d’excellence et de mobilité sociale

(…) Le « rapport Aghion» (2010), explorant les leçons des expériences en matière d’excellence universitaire, a clairement identifié trois facteurs nécessaires. Le « trépied gagnant » est fondé sur l’allocation de ressources importantes, l’autonomie des établissements (pédagogie, finances et gestion des ressources humaines) et l’existence d’incitations à la performance (appels à projets, évaluations) (…) A l’évidence, les institutions d’excellence disposent de très gros moyens financiers, elles sont sélectives et elles affichent les meilleurs ratios de nombre de professeurs par étudiant. Au-delà, les configurations de ces établissements sont très diverses, en termes d’effectifs étudiants et de spectre des disciplines par exemple. Il conviendrait même de renverser le raisonnement et de considérer que la biodiversité des institutions universitaires est un gage de l’excellence. (http://lecercle.lesechos.fr/node/34227)